lundi 10 juillet 2017

La quantification des peines et des plaisirs selon Bentham.






Bentham soutient que les conséquences d’une action se réduisent au plaisir et à la douleur. Pour approuver ou désapprouver une action, le principe d’utilité fournit un critère incontestable et impartial parce que ce critère implique la calculabilité des conséquences des actions que sont le plaisir et la douleur. Le calcul des plaisirs et des douleurs est la base d’une évaluation impartiale des actions tant publiques que privées. A ceux qui objecteraient que les hommes ne peuvent passer leur temps à calculer les conséquences de leurs actions, que l’urgence de la vie se passe du calcul, Bentham répond que tout au contraire, les hommes dans leur vie quotidienne ne cessent de calculer même s’ils calculent mal car dès qu’il est question de plaisir et de douleur le calcul intervient :
« Quand des questions d’une importance telle que le plaisir et la douleur sont en jeu, et ce au plus haut degré (en bref, ce sont les seules questions importantes), qui ne calcule pas ? Toute le monde calcule, avec plus ou moins de justesse, certes, mais tout le monde calcule » Introduction aux principes de morale et de législation, p.213. 


La suite sur : https://www.francoisloiret.com/single-post/2015/05/27/La-quantification-des-peines-et-des-plaisirs-selon-Bentham

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire