jeudi 11 mai 2017

Jad Hatem : La contingence de l'acte créateur selon Duns Scot et Charles Secrétan.







Charles Secrétan est sans doute le seul philosophe du XIXe siècle à reconnaître en Duns Scot l’un de ses maîtres à penser (en l’auguste compagnie de Descartes, Kant et Schelling)[1]. Bien que formé à l’école de l’idéalisme allemand et singulièrement de Schelling dont il suivit par deux fois les cours à Munich, il fait remonter sa théorie de la liberté absolue au moine franciscain dont il s’avise, avec pertinence, de rapprocher les intuitions de celles de Descartes, mieux répandues dans le public, si bien qu’il fait l’aveu non dénué d’humour, qu’« il vaut mieux aujourd’hui relever de Descartes que d’un moine ignoré comme Scot » (leç 6). 

La suite sur : https://www.francoisloiret.com/single-post/2017/03/13/Jad-Hatem-La-contingence-de-lacte-cr%C3%A9ateur-selon-Duns-Scot-et-Charles-Secr%C3%A9tan


[1]La Philosophie de la liberté, Préface de l’édition de 1849. Cours professé à l’Académie de Lausanne en 1845. Je cite l’édition de 1866.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire