vendredi 17 février 2017

La déduction de la Trinité selon Richard de Saint Victor III.






3 L’exclusion de la quaternité.

Dans le Conflit des facultés, Kant affirme qu’il est indifférent à un novice de croire qu’il y a trois ou dix personnes divines :

« Du  dogme de la Trinité, pris à la lettre, on ne saurait absolument rien tirer pour la pratique, même au cas où l’on croirait le comprendre, et bien moins encore, si l’on se rend compte qu’il dépasse tous nos concepts. – Que nous ayons à honorer trois ou dix personnes dans la Divinité, le novice l’admettra sur parole avec une égale facilité, parce qu’il n’a aucune idée d’un Dieu en plusieurs personnes, bien mieux encore, parce qu’il ne peut tirer de cette différence, des règles différentes pour la conduite de la vie » p.42.

Lorsque Kant prétend qu’il est indifférent pour la conduite de la vie de croire que Dieu soit trois ou dix personnes, il ne fait que montrer par là à quoi conduit une éthique du respect de la loi morale qui est étrangère à l’amour comme caritas. Ce que ne voit pas Kant mais que Richard de Saint Victor montre, c’est qu’un Dieu qui est amour ne peut être que trois personnes. 

La suite sur :  https://www.francoisloiret.com/single-post/2017/02/10/La-d%C3%A9duction-de-la-Trinit%C3%A9-par-Richard-de-Saint-Victor-III

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire