mercredi 16 mars 2016

Le don comme autodonation chez Rousseau.





Dans Donner le temps, Derrida prétend rompre avec l’anthropologie du don, mais aussi avec la métaphysique du don et donc avec toute la tradition : « Bien que toutes les anthropologies, voire les métaphysiques du don, aient, à juste titre et avec raison, traité ensemble, comme un système, le don et la dette, le don et le cycle de la restitution, le don et l’emprunt, le don et le crédit, le don et le contre-don, nous nous départissons ici, de façon vivre et tranchante de cette tradition. C’est-à-dire de la tradition elle-même ». Un geste caractéristique de l’écriture de Derrida consiste à embrasser ce qui est nommé « la tradition » en une forme de totalité qui serait régie par un dispositif conceptuel qu’il s’agirait de « déconstruire ».  La tradition, prétend Derrida, n’aurait jamais pensé le don comme don tout en affirmant le penser. Elle aurait toujours déjà reconduit le don à la circulation des biens, elle l’aurait donc toujours réinscrit dans le cercle de l’économie. Mais cette économie dont nous entretient Derrida est à comprendre comme une économie métaphysique. Le cercle économique serait en effet celui de la réflexion. Le don dans sa phénoménalité serait toujours déjà aboli car il ne serait rien d’autre que relation d’un « sujet » à un « sujet », selon les propos de Derrida, relation du « sujet » à lui-même, en quoi il faut comprendre qu’il ne serait rien d’autre que relation du moi au moi, le terme de sujet étant au fond ici superflu (La French Theory comme l’on dit outre-Atlantique a abusé du terme de « sujet »). La relation réflexive du moi à lui-même serait donc ce qui caractérise le don tel qu’il est pensé dans « la tradition ». Or il est fort probable que « la tradition » dont prétend parler Derrida est sans aucun doute bien plus récente qu’il ne l’admet. Il est fort possible que Derrida ait attribué à « la tradition » une pensée du don qui se manifeste dans sa réflexivité chez Rousseau. Pourquoi ? Parce que chez Rousseau, le don se présente ouvertement comme jouissance de soi. 

Lire la suite sur : 

http://www.francoisloiret.com/#!Le-don-comme-autodonation-chez-Rousseau/c1q8z/56e86c3f0cf2d686649b9a36

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire