dimanche 28 février 2016

L'action comme dynamisme automoteur chez Duns Scot;





Dans la Lectura, Duns Scot dit que la volonté « meut » selon l’acte premier, dans la Reportatio, il précise : « Il n’y a donc pas seulement ici une action transitive, mais il faut une action du genre Action envers un terme et ce terme est l’opération. Cette action est une action immanente parce qu’elle passe du repos à un acte qui n’est pas causé dans un autre étant. Donc comme l’acte premier cause quelque chose en un autre étant, il peut ainsi causer l’acte second en lui-même » (I d.3). Ce que Duns Scot nomme ici « Actio » n’est pas l’acte second, la volition, mais l’acte premier. Les éclaircissements à ce propos peuvent être trouvés dans le premier livre du Commentaire des Sentences, distinction 3, dans la question XIII du Quodlibet, mais aussi dans le quatrième livre du Commentaire des Sentences, distinction 13.

L’acte intérieur de vouloir, comme l’acte intérieur d’intelliger, n’est pas proprement une action du genre action, soutient Duns Scot, même s’il présente certains traits de l’action du genre action. 

Lire la suite sur : 

http://www.francoisloiret.com/#!Laction-comme-dynamisme-automoteur-chez-Duns-Scot/c1q8z/56a218750cf2f3c826e247d8

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire