dimanche 28 février 2016

L'action comme activité pratique selon Aristote.






Ne sont des actions au sens d’Aristote que les activités qui trouvent leur accomplissement en elles-mêmes et dont l’accomplissement est aussi celui de l’agent. La praxis se différencie radicalement de la poiésis, l’action se différencie radicalement de la production. La production est une activité transitive alors que l’action est une activité intransitive dans la mesure où son télos est elle-même. Aussi, au sens d’Aristote, l’idée d’une autoproduction de l’homme par l’homme ne pourrait être qu’absurde. De même ne pourrait qu’être absurde l’idée d’envisager la vie humaine comme une œuvre d’art car une œuvre d’art est un produit. Dans l’action, l’accomplissement est celui de l’agent, ce qui n’est pas le cas dans la production. La vie heureuse ne peut donc pas être celles d’hommes qui produisent, mais celle d’hommes qui agissent. Il en résulte que la vie heureuse n’est pas celle des producteurs de richesse, mais celle de ceux qui font usage des richesses puisque la destination de tout produit est son usage.

Toutefois, cette détermination de l’action n’est pas suffisante pour saisir ce qu’envisage Aristote lorsqu’il parle de la vie pratique, du Bios praktikos et de l’excellence pratique. En effet l’action au sens de l’activité autotélique n’est pas en soi une activité pratique, elle peut être aussi bien théorétique que pratique comme le montre l’exemple de la vision. Qu’est-ce qui caractérise l’action au sens déterminé de l’activité pratique qu’Aristote envisage dans les Ethiques et dans la Politique ?

Lire la suite sur : 
http://www.francoisloiret.com/#!Laction-comme-activit%C3%A9-pratique-selon-Aristote/c1q8z/56a202aa0cf2d9eee76ca677

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire