mercredi 25 février 2015

Aristote et Duns Scot : sur l'infini.

   

Alors que le Stagirite n’avait envisagé qu’un infini extensif en puissance, Duns Scot aurait envisagé un infini intensif en acte en conférant à l’infini une primauté qu’il n’avait jamais eu auparavant. Le dernier point n’est pas contestable. En ce sens, considérer qu’avant Duns Scot bien d’autres penseurs médiévaux aient considéré Dieu comme infini en acte témoigne d’une mécompréhension de la transformation du statut de l’infini. Avec Duns Scot, l’infini ne dit plus une négation ou une privation, ce qui avait déjà eu lieu avec Henri de Gand et aussi Richard de Mediavilla comme le montre les Questions disputées traduites et présentées par Alain Bourreau... 

La suite sur : 

http://www.francoisloiret.com/#!Aristote-et-Duns-Scot-sur-linfini/c1q8z/557039140cf219f17725288c

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire