jeudi 29 janvier 2015

L'absentement de l'esprit dans la platitude de l'utile. Le cas Helvétius.





On ne peut parler de la platitude de l’utile sans relever que c’est Hegel qui, dans la Phénoménologie de l’esprit, produit cette formule pour caractériser la philosophie des Lumières. Serait-ce une approche erronée des  Lumières ? Sans doute pas des Lumières françaises dans leur différence avec les Lumières écossaises et allemandes. La lecture des philosophes français des Lumières confirme que l’utile y est non seulement un concept de premier plan, mais le concept central comme le montre l’ouvrage de Helvétius (de son vrai nom : Schweitzer) De l’esprit. En effet, Helvétius prétend tout fonder sur l’utile, y compris la morale, la législation, la politique. En ce sens, soulignerait Hegel, le véritable titre de l’ouvrage de Helvétius serait plutôt : De l’absentement de l’esprit et il se pourrait bien que le même titre vaille pour un ouvrage contemporain de Derrida...

La suite sur : 

http://www.francoisloiret.com/#!Le-possible-et-la-puissance-selon-Gr%C3%A9goire-de-Rimini/c1q8z/557030ba0cf24a19837c3eaa


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire