mardi 11 novembre 2014

La question du mariage chez Duns Scot I.




Dans l’approche théologique du mariage au XIIIe siècle, on ne peut négliger l’apport des civilistes et des canonistes. Ce sont les civilistes qui ont répandu la compréhension du mariage comme contrat à laquelle souscrit entièrement Duns Scot. Et c’est aussi aux civilistes que l’on doit l’approche du mariage en termes de ius naturale, ce qui sera aussi repris par Duns Scot. C’est pourquoi le mariage est autant une affaire de droit qu’une affaire de sacrement. La dimension sacramentelle n’abolit pas la dimension juridique, mais elle l’élève...

La suite sur : 

http://www.francoisloiret.com/#!La-question-du-mariage-chez-Duns-Scot-I/c1q8z/5572d83c0cf2312d7970c360

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire