mardi 10 septembre 2013

L'écriture de l'apprendre et le prétendu phonocentrisme.




La distinction entre une bonne écriture univoque et transparente et une mauvaise écriture opaque et équivoque est la distinction entre une écriture qui demeure le plus près de la voix originaire de la conscience et une écriture qui s'éloigne de cette voix et la travestit. Or cette distinction, rappelle Derrida, caractériserait la pensée occidentale...

La suite sur : 

http://www.francoisloiret.com/#!blog/c112v/Tag/Fran%C3%A7ois%20d'Assise 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire