vendredi 30 août 2013

L'ennui des différences et répétitions, le pathos de l'infini.




Lorsque Cassirer entend montrer, à partir de Kant, que l’homme dispose d’une voie vers l’infinité et qu’il peut participer à l’infinité, il écarte délibérément toute infinité transcendante au nom d’une infinité immanente...

La suite sur : 
http://www.francoisloiret.com/#!Lennui-des-diff%C3%A9rences-et-r%C3%A9p%C3%A9titions-Le-pathos-de-linfini/c1q8z/556218650cf235f81951ed48

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire