mercredi 11 juillet 2018

La vérité comme ratification selon Ockham.






Toute vérité évidente est certaine, mais toute vérité certaine n’est pas évidente. L’évidence ne revient pas à toute vérité, alors que la certitude revient à toute vérité. Pourquoi ? Parce qu’il existe des vérités qui ne sont pas évidentes et qui cependant sont certaines. Toute proposition vraie est une proposition certaine et une proposition certaine est une proposition dont l’intellect humain ne peut pas douter. Il y a à ce titre trois types de propositions certaines. Les premières ne sont pas douteuses parce qu’elles sont d’elles-mêmes évidentes, ce sont les principes. Les secondes ne sont pas douteuses parce que la démonstration produit leur évidence, ce sont les propositions scientifiques au sens strict. Les troisièmes ne sont pas douteuses bien qu’elles ne soient en rien évidentes pour l’intellect humain dans la situation postlapsaire qui est la sienne sur terre, par contre elles sont évidentes pour l’intellect des bienheureux. Ces troisièmes propositions sont celles qui reposent sur la foi. Il y a donc deux grands types de propositions non démontrables qui sont vraies, les principes et les propositions qui reposent sur la foi.  

La suite sur : https://www.francoisloiret.com/single-post/2018/07/11/La-v%C3%A9rit%C3%A9-comme-ratification-selon-Ockham

vendredi 22 juin 2018

Le plaisir et le temps selon Hobbes.







A la différence des animaux, souligne Hobbes, les hommes ont une perception du temps. Plus précisément, ils perçoivent leur vie comme une vie temporelle, une vie qui ne se borne pas à l’instant, mais qui se déploie dans le passé, le présent et surtout l’avenir. Les animaux, soutient Hobbes, jouissent du bonheur, mais d’un bonheur attaché à l’instant, c’est le bonheur que leur procure dans l’instant la jouissance des biens corporels qu’ils désirent. Il ne s’agit en rien du bonheur dont les hommes peuvent jouir qui, à la différence de celui des animaux n’est pas borné aux plaisirs corporels, mais est surtout constitués de plaisirs de l’esprit qui, au sens de Hobbes, ne sont pas les plaisirs intellectuels dont parlaient les philosophes grecs. 

Lire la suite sur :  https://www.francoisloiret.com/single-post/2018/06/21/Le-plaisir-et-le-temps-selon-Hobbes

jeudi 21 juin 2018

La négativité de la nature selon Hegel.






La nature affirme Hegel est un protée. Il veut dire par là que la nature réside dans la dispersion et que du même coup elle ne constitue pas en elle-même une totalité. La nature se disperse en une multiplicité prodigieuse d’êtres inertes et vivants divers et variés et cette dispersion est la manifestation de sa négativité. Dans cette dispersion, en effet, se montre que la nature est l’extériorité : 

« La nature a précisément pour caractéristique l’extériorité consistant, pour elle, à laisser les différences tomber les unes en dehors en des autres et surgir comme des existences indifférentes » Encyclopédie des sciences philosophiques, philosophie de la nature, p.189. 

Lire la suite sur : https://www.francoisloiret.com/single-post/2018/06/21/La-n%C3%A9gativit%C3%A9-de-la-nature-selon-Hegel

lundi 2 avril 2018

L'amour de la patrie comme protestatio caritatis selon Thomas d'Aquin.








 C’est dans la question de la Somme Théologique consacrée à la piété que Thomas déploie de la manière la plus systématique la question de l’amour pour la patrie. La piété est ici comprise à partir de Cicéron comme une vertu civique. La référence majeure de Thomas d’Aquin, en effet, n’est pas ici Aristote, mais Cicéron. La piété est donc une vertu qui concerne la patrie et les parents, elle implique qu’un culte soit rendu tant à la patrie qu’aux parents, culte n’étant pas pris ici dans un sens religieux :

« Il appartient à la piété de rendre un culte aux parents et à la patrie […] Or dans le culte de la patrie est compris le culte de tous les concitoyens et de tous les amis de la patrie. C’est pourquoi la piété s’étend à eux par priorité » Somme théologique II-II q.101, a.1, T III, p.640. 

La suite sur :https://www.francoisloiret.com/single-post/2018/03/28/Lamour-de-la-patrie-comme-protestatio-caritatis-selon-Thomas-dAquin

mardi 27 mars 2018

Les lieux communs de Deleuze









Une pensée qui se veut radicalement critique ne devrait rien concéder aux lieux communs soutient Deleuze dans Différences et Répétitions. Elle ne se voudrait même pas philosophie, mais misosophie dans la mesure où la sophia serait enracinée dans le sens commun et du même coup dans les lieux communs. Dans son leur sens technique, les lieux communs rappelle Deleuze dans Différences et répétition, sont « l’épreuve du sens commun lui-même » (p.207). Ils relèvent, depuis Aristote et avec lui, de la dialectique comprise comme art des problèmes et des questions. 

La suite sur :  https://www.francoisloiret.com/single-post/2016/03/16/Les-lieux-communs-de-Deleuze